L’entreprise franco-chinoise pour laquelle je travaille à des habitudes provenant des deux cultures : nos horaires de travail sont similaires en France : 9h – 18h ; et le week-end, on est en repos.
Puisque les activités commerciales ont débuté il y a trois mois, il se peut que l’on travailler le samedi (comme le samedi des vacances par exemple). Mais nous ne travaillons pas le dimanche. Enfin… C’est ce que je croyais avant ce matin même.

Après la semaine « golden week », et pour ne pas être en retard demain matin, j’ai décidé à mon réveil d’envoyer un message à ma collègue Nina. Ce message avait but de savoir à quelle heure je devais être présente à l’office (puisque je n’ai pas encore de clés) et ma question sous-entendait plutôt : « à quelle heure comptes-tu te rendre au bureau». J’ai envoyé ce message à 9h. 2 heures plus tard, je reçois un appel d’OLI (le numéro fixe du bureau).

À ce moment-là, je me suis dit : « bizarre bizarre », soit Nina avait passé la semaine au bureau (ce qui n’était pas possible puisqu’elle est allée visiter ses parents, soit elle avait oublié quelque chose là-bas (dans ce cas elle aurait attendu demain), soit… On est lundi et je suis encore sous l’effet du décalage horaire (ce n’est pas vraisemblable du tout).

Je me décide à décrocher. Après les formules de politesse (comment se sont passées tes vacances, etc.) je lui pose la question « mais pourquoi donc appelles-tu du bureau ? Elle me répondit tout simplement : « aujourd’hui tout le monde travaille ! ». Ouah, moi qui n’aime pas être en retard, rater un jour de travail, le premier jour de travail, ça ne serait venu à l’esprit de personne.

Mince, mince, mince, je viens de louper ma rentrée ! Et ce jour-là est très important : il faut donner une bonne impression. Donc ça y est, déjà que les Français ne sont pas réputés pour la quantité de travail, je venais de lui prouver que ce stéréotype était vrai.

Vu mon embarras, elle me dit de venir demain à 9h et que de toute manière cette journée n’allait pas affecter mon travail (bah oui, elle ne pouvait pas dire le contraire). Donc ma rentrée (ma seconde chance) est demain à 9 h. Evidemment je serais à l’heure !

J’ai bien essayé de trouver un côté positif à cette histoire, il est sûr que ça ne se reproduira plus, et puis dorénavant je lui demanderais de me préciser mes jours travaillés… (Mais est-ce bien le côté positif de cette histoire ??).